Réseaux et collaborations

networ-and-conflit-management-icon

Les sous-traitances

Malgré une équipe interne réunissant de nombreuses compétences, le KCE ne détient pas toujours l’expertise nécessaire intra-muros ou ne dispose pas du temps nécessaire pour effectuer lui-même toutes les études. C’est pourquoi certaines études sont totalement ou partiellement sous-traitées, via des procédures de marchés publics, auprès d’équipes universitaires, d’agences de consultance spécialisées, d’autres institutions publiques, etc. Le KCE reste toutefois responsable de la coordination, de la supervision et du résultat des projets.

Les experts et validateurs externes

Pour chaque projet KCE il est fait appel à des experts externes. Il s’agit essentiellement de spécialistes des questions examinées dans l’étude, qui fournissent des feedbacks en cours de route, par exemple sur les questions de recherche, les méthodes employées, ou encore les éléments importants à prendre en compte pour assurer l’acceptation des résultats sur le terrain.

Tout rapport du KCE fait ensuite l’objet d’une validation scientifique interne et externe. Cette dernière fait appel à trois experts extérieurs au KCE, dont au moins un est international. De cette façon, le KCE bénéficie de regards extérieurs critiques sur ses travaux, ce qui contribue de façon très constructive à leur pertinence et à leur rigueur scientifique.

Ces collaborations externes ont permis au KCE de se constituer au fil des années un très riche réseau de relations parmi les experts nationaux et internationaux les plus pointus dans des domaines extrêmement variés.

 Les stakeholders

Dans chacune de ses études, le KCE invite systématiquement les parties prenantes intéressées (stakeholders) pour recueillir leurs opinions sur le sujet en question. Ces rencontres permettent d’améliorer et de professionnaliser l’interface entre la recherche le monde scientifique et les prestataires de soins, les patients et le monde des décideurs dans le domaine des soins de santé.

 

Politique en matière de conflits d’intérêts

Le KCE tient absolument à son indépendance et à sa neutralité.
C’est pourquoi sa politique en matière de conflits d’intérêts est claire et transparente :

  • les chercheurs du KCE ne sont pas autorisés à exercer d’autres activités professionnelles pouvant donner lieu à des conflits d’intérêts ;
  • tous les intervenants externes qui participent aux études en tant que sous-traitants, experts externes ou validateurs doivent signer une déclaration d’éventuels conflits d’intérêts, qui est mentionnée dans le colophon du rapport concerné.
collaboration-internationales

Les collaborations internationales

Le KCE entretient d’excellentes relations avec d’autres institutions scientifiques menant le même genre de recherches dans d’autres pays comme le NICE (Royaume-Uni), le ZIN (Pays-Bas), la HAS (France), l’IQWIG (Allemagne) ou encore le Norwegian Institute of Public Health (Norvège).

Sa réputation de rigueur scientifique lui vaut de nombreuses demandes de collaboration à des groupes de travail au niveau international. Il est un membre actif de plusieurs réseaux internationaux tels que EUnetHTA, GIN ou INAHTA.

Il est également impliqué dans des projets européens tels que PREFER (IMI), une initiative qui vise à développer une méthode de prise en compte des préférences des patients lors du développement de nouveaux médicaments, ou encore le rapport HIT (Health systems in Transition) de l’Observatoire Européen des Systèmes et Politiques de Santé (OMS), pour lequel le KCE est le représentant pour la Belgique.